Haïti. L’affaire Duvalier reprend le cap de la justice pour les victimes

Les autorités haïtiennes ont rouvert des poursuites pénales contre Jean-Claude Duvalier, l’ancien chef d’État, peu après son retour au pays, le 16 janvier 2011, faisant suite à un exil de 25 ans en France. Il était accusé de graves violations des droits humains, notamment de meurtres et de torture à l’encontre d’opposants politiques, ainsi que de corruption.

En janvier 2012, un juge d’instruction a statué qu’il devait être jugé par un tribunal de première instance pour détournement de fonds publics, mais que le délai de prescription était dépassé pour les atteintes aux droits humains dont il était accusé. Les victimes de violations des droits fondamentaux ont fait appel de cette décision, et Jean-Claude Duvalier aussi. La procédure d’appel a commencé le 13 décembre 2012.

Jean-Claude Duvalier a comparu devant la cour d’appel de Port-au-Prince le 28 février 2013, où il a présenté pour la première fois un témoignage public évoquant les crimes présumés commis quand il était au pouvoir.

Entre mars et mai 2013, huit victimes ont témoigné au tribunal. L’audition des témoignages s’est achevée en mai, et la décision de la cour d’appel était en instance depuis lors.

Jean-Claude Duvalier, également surnommé « Bébé Doc », a hérité du pouvoir à la mort de son père, François Duvalier, et dirigé Haïti de 1971 à 1986. Sous son régime, la vie des Haïtiens a été marquée par des violations systématiques des droits humains.

Des centaines de prisonniers politiques sont morts des suites de mauvais traitements ou ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires. Le gouvernement de Jean-Claude Duvalier a fermé à maintes reprises des journaux et des stations de radio indépendants. Des journalistes ont été battus, parfois torturés, emprisonnés et forcés à quitter le pays.

Il aurait par ailleurs détourné des centaines de millions de dollars pendant qu’il était président.

Un rapport d’Amnesty International, intitulé « Haïti. On ne peut pas tuer la vérité. Le dossier Jean-Claude Duvalier », donne un nouvel éclairage aux recherches menées précédemment par l’organisation sur les atteintes aux droits humains généralisées et systématiques commises en Haïti dans les années 1970 et 1980.

Haïti. On ne peut pas tuer la vérité. Le dossier Jean-Claude Duvalier

Inscription au groupe 4

...